« Je propose que l’on se retrouve avec tous les acteurs pour les états généraux », Abdoul Karim Sango (MCAT Burkina)

Présent en Côte d'Ivoire dans le cadre du MASA, le ministre burkinabè de la Culture des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango a été reçu le 12 mars par la délégation burkinabè présente à la manifestation, dans son site d’hébergement à Marcory. Il s’est agi d’une visite de civilité qui visait aussi à s’imprégner des réalités que rencontrent ses ambassadeurs de la culture, venus défendre les couleurs de la patrie des Hommes intègres à Abidjan. Entre autres sujet, le ministre burkinabè de la Culture est revenu sur certains sujets notamment la Semaine nationale de la Culture (SNC) de son pays qui se tiendra dans quelques semaines à Bobo-Dioulasso.

 

 

En tant que premier responsable du patrimoine culturel burkinabè, Abdoul Karim Sango dans un échange à bâton rompu avec les artistes et autres professionnels burkinabè prenant part au Masa, a laissé entendre qu’il ne pouvait pas être à Abidjan sans trouver un créneau de rencontre avec ses compatriotes. « Vous faites la fierté de notre culture et du pays. Je voulais m’assurer que vous êtes dans des conditions acceptables », a-t-il indiqué. Se sentant rassuré de l’hospitalité que le chef de la délégation burkinabè au Masa, Clovis Ouédraogo l’aurait signalé, il n’a pas hésité à laisser entendre son cri de cœur. « Le Masa n’a rien à voir avec ce qui se passe à la Semaine nationale de la culture (SNC), j’en ai l’impression ». C’est à ce juste titre qu’il souhaiterait que tous les acteurs culturels s’en inspirent pour un accueil aussi confortable pour les artistes étrangers qui viendront à Bobo-Dioulasso dans quelques jours. Il s’est ensuite excusé de ne pouvoir rien faire pour les difficultés rencontrées sur place car n’ayant pas été avisé à temps. « Je vais vous présenter mes excuses pour les petits désagréments. Je n’ai pas bien compris exactement ce qui se passait avec vous et tout ça. On m’a bien dit qu’il y a des Burkinabè qui viennent à Abidjan et je pensais qu’un certain nombre de dispositions de façon naturelle sont prises. C’est après qu’on m’a dit ceci cela et à la dernière minute vous ne pouvez pas régler beaucoup de chose. Je pense qu’il faut regarder l’avenir et de tirer les leçons pour que les choses se passent mieux prochainement », a-t-il expliqué.

 

La prochaine SNC et ses conditions d’hébergement

 

Le ministre s’est en outre prononcé sur l’évènement culturel majeur à Bobo-Dioulasso les prochaines semaines.  Après une doléance faite sur l’amélioration des conditions d’hébergement et surtout de l’organisation de notre marché des arts du spectacle, le garant administratif de la symbolique culturelle burkinabè en toute franchise a signifié complètement ne pas être en mesure de faire quelque chose en si peu de temps. «  Je propose que l’on se retrouve avec tous les acteurs culturels concernés pour les états généraux  de la SNC afin de voir comment sortir de ce format. Pour les éditions à venir ».

Pour marquer la fin des échanges, c’est le doyen, le promoteur des Nuits Atypiques de Koudougou (NAK), Koudbi Koala qui a galvanisé ses compatriotes en les invitant à accompagner le ministre dans sa gestion du patrimoine culturel. 

  

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Partenaires

    Vous aimez notre plateforme? Merci de faire un don pour contribuer à son développement !

© OtherSide Africa 2018 par Belélé Jérôme William