Em'Kal Eyongakpa reçoit 20 000 € pour le "Henrike Grohs Art Award"

06/03/2018

Em'kal Eyongakpa (né en 1981 à Mamfe au Cameroun) est le premier lauréat du « Henrike Grohs Art Award », conçu par le Goethe-Institut et la famille Grohs. Il recevra un prix en espèces de 20 000 € le 13 mars 2018 à Abidjan.
 
"Le jury décerne à l'unanimité le premier Prix d'art Henrike Grohs à Em'kal Eyongakpa pour son approche poétique, subtile et subjective. Son travail exprime des préoccupations universelles de l'humanité. La position multidisciplinaire de sa pratique, qui comprend des connaissances issues de la science, de l'ethnobotanique, du réalisme magique, de l'expérimentation et de l'utopie, répond bien aux valeurs fondamentales du Prix Henrike Grohs », ont déclaré les membres du jury Koyo Kouoh. Dakar), Laurence Bonvin (artiste et représentante de la famille Grohs, Berlin), Raphael Chikukwa (conservateur en chef, National Gallery of Zimbabwe, Harare) et Simon Njami (conservateur, Paris).
 

 

 

Em'kal Eyongakpa est un artiste intermedia qui aborde les histoires vécues, inconnues et collectives à travers une utilisation rituelle de la répétition et de la transformation. Ses idées récentes s'inspirent de plus en plus des systèmes de connaissances indigènes et de l'esthétique, de l'ethnobotanique, de la mycologie appliquée et de la technologie dans ses explorations du personnel et de l'universel. Eyongakpa est également connu pour des projets de recherche communautaire auto-organisés et des centres d'art autonomes tels que KHaL! SHRINE à Yaoundé (2007-2012) et la plateforme d'art sonore et de musique ɛfúkúyú récemment lancée. Il est diplômé en biologie végétale et en écologie de l'Université de Yaoundé et a été un résident à la Rijksakademie d'Amsterdam. Le travail d'Eyongakpa a récemment été exposé à la Biennale de Jakarta (2017), la 13ème Biennale de Sharjah (2017), La Biennale de Montréal (2016), la 32ème Biennale de São Paulo (2016), les 9ème et 10ème Rencontres de Bamako (2011, 2015 ), la 10e Biennale de l'art africain contemporain, Dak'art (2012) et dans plusieurs espaces d'art et musées internationaux à travers le monde.
 
Klaus-Dieter Lehmann, président du Goethe-Institut: «Nous avons non seulement perdu Henrike Grohs, une collègue très estimée et très aimée, mais aussi une personne qui a apporté l'espoir dans le monde avec ses croyances et ses actions. Par conséquent, il est particulièrement important de lier la mémoire de Henrike Grohs à un point de vue qui reflète son travail et ses désirs. Cela s'est concrétisé dans le prix, car il promeut la cause de Henrike Grohs: Soutenir les créateurs africains et contribuer au dialogue international. Je tiens à féliciter Em'kal Eyongakpa, lauréat du premier prix, avec qui, après un processus de sélection intensif, les juges ont fait un excellent choix. "
 
Le Henrike Grohs Art Award est un prix biennal dédié aux artistes qui vivent et travaillent en Afrique et pratiquent dans le domaine des arts visuels. Il récompense les réalisations de l'ancienne directrice du Goethe-Institut à Abidjan

À propos du Prix d'art Henrike Grohs:
 
"Le Henrike Grohs Art Award est un prix biennal dédié aux artistes vivant et travaillant en Afrique. Cependant, le message envoyé va bien au-delà du continent. C'est une adresse universelle, un appel à la réflexion et à l'action », ont déclaré les membres du jury Koyo Kouoh (directeur artistique, RAW Material Company, Dakar), Laurence Bonvin (artiste et représentante de la famille Grohs, Berlin), Raphael Chikukwa (conservateur en chef, National Gallery of Zimbabwe, Harare) et Simon Njami (conservateur, Paris).
 
Ce prix représente les réalisations de toute une vie, de l'ancien chef du Goethe-Institut d'Abidjan, Henrike Grohs, qui a été tué le 13 mars 2016 lors d'une attaque terroriste à Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire. Le prix entend poursuivre son engagement spécial à soutenir les artistes en Afrique et à contribuer au dialogue international.
 
Le prix sera décerné tous les deux ans à un artiste ou à un collectif d'arts oeuvrant dans le domaine des arts visuels. La qualité artistique est le critère le plus important pour le prix. Le partenariat collaboratif, la transmission de connaissances à d'autres artistes et l'engagement social sont des éléments décisifs pour la reconnaissance.
  
À propos d'Henrike Grohs
 

 

 

Henrike Grohs est décédé le 13 mars 2016 lors d'une attaque terroriste en Côte d'Ivoire avec dix-sept autres personnes. Elle a étudié l'ethnologie et a dirigé le Goethe-Institut à Abidjan de 2013 à sa mort. Elle a co-fondé le projet "Next - Intercultural Projects" à la Haus der Kulturen der Welt à Berlin. Entre 2002 et 2009, elle a travaillé comme chef de projet dans le programme d'éducation de l'Orchestre philharmonique de Berlin. En 2009, elle a été nommée conseillère en culture et développement au Goethe-Institut en Afrique du Sud. Henrike Grohs avait 51 ans au moment de son décès.
 
À propos du Goethe-Institut
 
Le Goethe-Institut est l'institut culturel de la République fédérale d'Allemagne, actif dans le monde entier. Son mandat est de promouvoir l'étude de l'allemand à l'étranger et d'encourager les échanges culturels internationaux. Aujourd'hui, il est représenté dans 98 pays et compte environ 3 300 employés. Il contribue largement à la promotion des artistes, des idées et des œuvres. Soutenir les scènes culturelles locales et renforcer le dialogue panafricain à travers les arts font partie de sa mission sur le continent africain, où elle gère 19 instituts à Abidjan, Accra, Addis-Abeba, Alexandrie, Le Caire, Casablanca, Dakar, Dar es Salaam, Johannesburg, Khartoum, Kigali, Lagos, Lomé, Luanda, Nairobi, Rabat, Tunis, Windhoek et Yaoundé, ainsi que trois bureaux de liaison à Alger, Kinshasa et Ouagadougou.

 

Benjamin Keuffel, Attaché de presse Goethe-Institut Johannesburg

Traduit de l'anglais par B.J.W Bationo

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Partenaires

    Vous aimez notre plateforme? Merci de faire un don pour contribuer à son développement !

© OtherSide Africa 2018 par Belélé Jérôme William